Rentrée 2016 : l’immobilier repart à la hausse

Rentrée 2016 : l’immobilier repart à la hausse

Fin août, SeLoger.com a réalisé un baromètre des prix de l’immobilier. L’étude compare les prix de Juillet 2016 avec ceux de Juillet 2015 pour dégager les dynamiques qui vont influencer cette rentrée. Si 2015 était placé sous le signe de la baisse, la rentrée 2016 signe définitivement l’inversion de la tendance.

Le marché de l’ancien particulièrement touché

Depuis le printemps, les prix de l’immobilier progressent particulièrement dans les métropoles : Nîmes +23,4%, Bordeaux +7%, Strasbourg + 5% et +4% à Toulouse. Seuls Grenoble, Rennes et Toulon enregistrent des baisses avec -3%.

Si la hausse se confirme partout en France, elle touche particulièrement les logements anciens dont le coût a augmenté de 2,3%. Du coté des prix signés (prix moyen au m² à la signature du compromis) ils ont connu un regain de 1,7% alors qu’ils avaient reculé en Juillet dernier. On note également une tendance haussière pour le neuf avec +2,3% sur un an. Le prix moyen d’un appartement au m² est actuellement de 2377€.

Pourquoi les prix augmentent ?

On peut évoquer trois raisons principales à cet accroissement : une recrudescence de la demande, une carence d’offres et des taux d’intérêt en baisse. La chute des taux de crédit favorise une augmentation de la demande qui ne correspond pas à l’offre disponible sur le marché. Le manque d’offre entraîne alors une hausse des prix.

De plus, les marges de négociations s’amenuisent face à des vendeurs sont de plus en plus gourmands. La capacité à négocier varie non seulement en fonction des ambitions des vendeurs mais également de la qualité des biens et de la pression de la demande. Les plus beaux biens étant les plus convoités, il est donc plus difficile de négocier pour les acheteurs.

L’engouement des investisseurs a ainsi redynamisé le marché avec une augmentation de 10% des ventes. Cependant ce regain d’intérêt a pour conséquence une augmentation de 1,7% des prix sur le territoire France.

 

Michel Mouillart, professeur d’économie à l’Université Paris Ouest et porte parole de l’étude conclut ce baromètre en annonçant une année 2016 en deux temps : alors que le premier semestre s’orientait sur une nette progression des prix, cette croissance devrait se temporiser sur le reste de l’année.

08sept
0

BREXIT : quel impact sur l’immobilier ?

BREXIT : quel impact sur l’immobilier ?

Le 23 Juin 2016, les résultats du référendum sur le maintien du Royaume-Uni dans l’Union Européenne sont tombés : les britanniques ont voté en majorité pour le départ du pays de l’UE. Les conséquences ne se font pas attendre : démission de Cameron, perte d’un membre pilier pour l’Europe, chute du cours de la livre Sterling. Cependant, le protectionnisme britannique n’a pas que des répercussions purement économiques. Certains marchés immobiliers profitent du Brexit, et particulièrement Paris. Retour sur les effets indirects de ce vote sur l’immobilier français.

Paris à le vent en poupe

La majorité des experts défendent que l’incertitude qui pèse sur le marché pousserait les acheteurs étrangers à abandonner Londres au profit de la France et de sa capitale. Paris apparait comme une nouvelle opportunité pour les acheteurs, un pari moins risqué. Premier bénéficiaire : l’immobilier de prestige à destination du milieu de la Finance. Si La City de Londres se révèle moins attractive, la Défense fait désormais l’objet de toutes les convoitises. L’impulsion amorcée par le Brexit devrait donc faire augmenter la demande française et le prix des biens.

Londres en perte de vitesse

De l’autre coté de la Manche, les biens de luxe sont négociés à des prix de plus en plus bas. Si en début d’année le différentiel au m² entre Paris et Londres penchait fortement en faveur des britanniques, la tendance s’inverse. A Paris, les prix sont à la hausse avec +0,5% en Juin et +2,4% sur le premier semestre 2016. Cependant, cette évolution est contrebalancée par la baisse de la livre sterling qui rend le parc immobilier londonien attractif.

Les taux de crédit dans le flou

Concernant les taux d’intérêts aux particuliers, les tendances sont moins évidentes. Les professionnels sont partagés. Certains défendent que le Brexit n’aura pas d’impact sur les crédits aux particuliers. Une affirmation soutenue par l’injection massive de liquidités par la Banque Centrale Européenne quelques semaines après l’évènement.  Néanmoins, la chute des taux sur les marchés financiers pourrait se répercuter sur les taux de crédit immobilier en augmentant de manière artificielle le pouvoir d’achat.

Des prévisions à relativiser

A noter que les conséquences définitives du Brexit restent encore incertaines. Une part des experts est même réticente à reconnaitre un lien de causalité entre cette sortie de l’UE et une quelconque hausse des prix français. N’oublions pas que les britanniques sont les premiers investisseurs étrangers en France et qu’ils vont souffrir de la chute de leur monnaie. Cette baisse du pouvoir d’achat en Grande Bretagne pourrait ainsi ne pas être à notre avantage. Difficile donc d’anticiper l’impact réel de cet évènement sur le parc immobilier européen. Les effets s’apprécieront au long terme.

Alors qu’un pays quitte volontairement l’Union pour la première fois, l’Europe tremble sur ses fondations. Mais le malheur des uns faisant le bonheur des autres, les investisseurs semblent se détourner de l’offre londonienne au profit de la stabilité d’autres grandes capitales européennes comme Paris.

Sources : Boursorama & Meilleurs taux

29juil
0

Baisse des charges de copropriété à Paris

Baisse des charges de copropriété à Paris

Selon une étude menée par l’Observatoire des charges de copropriété du grand Paris, les propriétaires ont bénéficié d’une baisse de 2,5% en 2015 sur leurs factures de frais de leurs immeubles. L’étude portait sur 92623 lots de copropriétés sur un total de 661592 lots. Pour la deuxième année consécutive, les charges de copropriété affichent une baisse notable pour le plus grand bonheur des copropriétaires parisiens.

Lire la suite…

27juin
0

Le crédit d’impôt pour la transition énergétique 2016

Le crédit d’impôt pour la transition énergétique 2016

A l’heure où la croissance verte est un enjeu fondamental dans le mode de vie des français, le crédit d’impôt pour la transition énergétique (CITE) a fait l’objet de modifications le 7 mars 2016 par Ségolène Royale visant à réaliser des économies d’énergie dans les foyers.
Le CITE permet aux locataires et aux propriétaires de bénéficier d’un allègement de leurs dépenses pour leurs travaux d’amélioration énergétique.

Lire la suite…

26mai
0

Les taux de crédits immobiliers à la baisse en 2016

Les taux de crédits immobiliers à la baisse en 2016

En presque 70 ans, les taux de crédits immobiliers n’ont jamais été aussi bas dans la majorité des agglomérations depuis le début d’année 2016.

Les taux déjà en baisse au mois de janvier ont de nouveau chuté en mars et ne comptent pas s’arrêter là.  Le taux des crédits immobiliers moyens s’établit actuellement en moyenne à 1,97% alors qu’il était à 2,20% en décembre 2015.

Lire la suite…

26avr
0

Anciens articles

Switch to our mobile site