Propriétaires : comment déceler les faux dossiers de location

Aujourd’hui trouver un appartement relève parfois du parcours du combattant pour les locataires. Il faut avouer que la recherche de logement s’est largement complexifiée face à une demande supérieure à l’offre… Cette difficulté pousse parfois les locataires à falsifier les documents qui constituent leurs dossiers de location. Face à cela nous vous proposons des astuces et méthodes pour détecter des anomalies. Ainsi vous pourrez identifier un faux dossier de location.

Dossiers de location falsifiés : des techniques simples pour les repérer

Malheureusement aucune formule magique n’existe pour être sûr à 100% de la véracité des informations fournies dans un dossier de location. Toutefois, pour vous rassurer il est possible de vérifier plusieurs points stratégiques. L’objectif est de s’assurer de la capacité de paiement du locataire potentiel, et d’éviter les risques de loyers impayés.

1.     Vérifiez les revenus déclarés

Pour vous assurer de la véracité des renseignements déclarés par le locataire sur ses revenus, vous pouvez vous rendre sur le site officiel impots.gouv. En entrant le numéro fiscal du locataire et la référence de l’avis, vous pourrez voir si les montants déclarés ont été modifiés.

Pour cela, prenez le revenu net mensuel sur la fiche de paie et multipliez-le par 12. Le résultat obtenu doit correspondre au revenu global imposable présent sur l’avis d’imposition.

2.     Vérifiez les fiches de paie

Portez votre attention sur les lignes de charges sociales et les calculs en pourcentage. Les lignes de charges sociales doivent être égales au revenu brut indiqué sur la fiche de paie.

Les cumuls de revenus doivent correspondre d’un mois à l’autre. Vous trouverez cette information en bas des fiches de paie. Pour déceler la fraude, calculer la somme du net imposable du mois N et du cumul net imposable du mois N-1 et vous obtiendrez le cumul imposable du mois N.

Vérifiez également le nombre de congés attribués par mois en fonction de l’ancienneté et de la concordance sur chacune des fiches de paie.

De nombreux faussaires utilisent le logiciel de retouches Photoshop pour reproduire la même typographie, refaire les lignes de charges sociales etc.. Redoublez donc de vigilance car les fiches de paies falsifiées sont parfois difficiles à démasquer.

3.     Vérifiez le contrat de travail

Une astuce simple, vérifiez la concordance entre la date d’entrée mentionnée sur la fiche de paie et la celle présente sur le contrat de travail ou même sur l‘attestation employeur.

4.     Vérifiez l’existence de l’employeur

Si toutefois vous auriez encore des doutes sur l’honnêteté de votre candidat après ces vérifications, vous pouvez vérifier l’existence de la société qui l’emploie. Pour cela, rendez-vous sur le site societé.com en renseignant le numéro de SIREN présent sur les fiches de paie. Pour confirmer la véracité des fiches de paie, vous pouvez également joindre directement l’employeur du salarié.

5.     Vérifiez la concordance du numéro de sécurité sociale et de la date de naissance

Dernier conseil, soyez attentif aux détails et notamment au plus révélateur, celui du numéro de Sécurité Sociale. Les numéros présents sur la fiche de paie doivent bien correspondre à la date de naissance du locataire, soit le deuxième et le troisième chiffre du numéro de Sécurité Sociale.

N’hésitez pas à demander des exemplaires originaux si vous avez des doutes sur leur authenticité.

 

Si malgré toutes ces vérifications vos doutes persistent, n’hésitez pas à souscrire à une assurance loyers impayés. Chez MCP, spécialiste de la gestion locative, nous proposons ce type d’assurance à destination des propriétaires.

Leave a comment