Rentrée 2016 : l’immobilier repart à la hausse

Rentrée 2016 : l’immobilier repart à la hausse

Fin août, SeLoger.com a réalisé un baromètre des prix de l’immobilier. L’étude compare les prix de Juillet 2016 avec ceux de Juillet 2015 pour dégager les dynamiques qui vont influencer cette rentrée. Si 2015 était placé sous le signe de la baisse, la rentrée 2016 signe définitivement l’inversion de la tendance.

Le marché de l’ancien particulièrement touché

Depuis le printemps, les prix de l’immobilier progressent particulièrement dans les métropoles : Nîmes +23,4%, Bordeaux +7%, Strasbourg + 5% et +4% à Toulouse. Seuls Grenoble, Rennes et Toulon enregistrent des baisses avec -3%.

Si la hausse se confirme partout en France, elle touche particulièrement les logements anciens dont le coût a augmenté de 2,3%. Du coté des prix signés (prix moyen au m² à la signature du compromis) ils ont connu un regain de 1,7% alors qu’ils avaient reculé en Juillet dernier. On note également une tendance haussière pour le neuf avec +2,3% sur un an. Le prix moyen d’un appartement au m² est actuellement de 2377€.

Pourquoi les prix augmentent ?

On peut évoquer trois raisons principales à cet accroissement : une recrudescence de la demande, une carence d’offres et des taux d’intérêt en baisse. La chute des taux de crédit favorise une augmentation de la demande qui ne correspond pas à l’offre disponible sur le marché. Le manque d’offre entraîne alors une hausse des prix.

De plus, les marges de négociations s’amenuisent face à des vendeurs sont de plus en plus gourmands. La capacité à négocier varie non seulement en fonction des ambitions des vendeurs mais également de la qualité des biens et de la pression de la demande. Les plus beaux biens étant les plus convoités, il est donc plus difficile de négocier pour les acheteurs.

L’engouement des investisseurs a ainsi redynamisé le marché avec une augmentation de 10% des ventes. Cependant ce regain d’intérêt a pour conséquence une augmentation de 1,7% des prix sur le territoire France.

 

Michel Mouillart, professeur d’économie à l’Université Paris Ouest et porte parole de l’étude conclut ce baromètre en annonçant une année 2016 en deux temps : alors que le premier semestre s’orientait sur une nette progression des prix, cette croissance devrait se temporiser sur le reste de l’année.

08sept

Laissez une réponse

Switch to our mobile site